La place du Four

    

 

 

C'était il y a quelques années... le four communal : en été et en hiver.

Il date du début du XXè siècle. On peut voir sur sa façade le blason du village.

Mais le four a perdu son maître :

René le boulanger nous a quitté à la fin de l'été 2004, au terme d'une longue et éprouvante maladie. Nous ne sommes pas prêts d'oublier la qualité de ses pains et pissaladières mais surtout sa présence sur cette place du Four qu'il animait aussi bien en été  lorsque le village est rempli d'estivants, qu'en hiver où les anciens Bouyonnais se retrouvent.

Depuis le four a fermé, pour des raisons de sécurité il ne peut plus être utilisé...


En hommage à René la préparation du four :

elle nécessite, la veille, de brûler des fagots. Pendant le pétrissage de la pâte le four est chauffé avec énormément de bois et, lorsqu'il est à bonne température, il faut le nettoyer avec une "escoube" (balayette) mouillée. Le boulanger juge de la température en jetant une poignée de son : si le son brûle, le four est trop chaud, il lui faut donc, si la pâte est prête, remouiller le four afin d'enfourner la pâte.

Tout cela René le faisait avec art et professionnalisme, et le résultat était là : le pain se mangeait avec gourmandise... comme une pâtisserie.

 

 

  

Sur la place, de nombreux éléments de cette façade sont peints en trompe l'oeil, lesquels ?

 A droite part la rue de l'église.

    

Le "portissol" qui amène sur la place de la Fontaine. A droite, sur la façade, un "peson"...

   

un "peson", blason de Bouyon, qui date de 1741. Cela ne fait ni chaud, ni froid aux matous...

 

La place de nos jours et bien des années auparavant...

      

Sur cette place du Four on aperçoit, sous la maison rouge, une ouverture :

un escalier qui permet d'accéder par un chemin à la route de Nice. Empruntons-le...

 

 

Télécharger Adobe Reader Menu