Mairie de Bouyon

 

 

 

 

 

 


 
 

 

 

UN PEU D'HISTOIRE ...

L'origine du nom Bouyon vient du celtique bud (promontoire).

Mentionné pour la première fois en 1155 (In Buzido" en 1155, "Castrum de Bosisone" vers 1200).

Seigneurie des Laugier en 1351, puis pour partie des Grimaldi (Seigneurs Grimaldi de Bouyon) relevant ainsi du comté de Provence de 1364 à 1385.

En 1385 il passa aux mains de Charles de Duras et en 1388 Bouyon devint territoire Savoyard.

Ce n'est qu'en 1760 qu'il revint en Provence. En 1790 il est rattaché au canton de Coursegoules.

Bouyon est finalement intégré au Comté de Nice le 24 mars 1860.

Découvrez des informations historiques plus détaillées en cliquant sur le blason :

Accédez à une étude sur le patrimoine culturel de Bouyon en cliquant sur le lien :

Inventaire Départemental du Patrimoine Culturel de Bouyon

 

 

 

...ET DE GEOGRAPHIE

Situé à 35km au nord ouest de Nice, Bouyon se trouve à une altitude moyenne de 650m. Son territoire est composé de reliefs de montagne appartenant aux contreforts du Cheiron à l'ouest (point culminant 1224 m à la Crête de Perrière), s'abaissant au nord vers la vallée de l'Estéron (en limite de la commune) à 173 m et au centre avec le vallon de Bouyon, pour remonter au sud avec l'adrech de Berdine (946 m).

Le village a été détruit en partie par le tremblement de terre du 23 février 1887 (Séisme Ligure).

Cliquez sur l'image pour découvrir les effets du séisme sur le village.

Nous vous recommandons cet excellent article qui permet de connaître les effets du séisme sur Bouyon et de suivre l'évolution du village au fil des siècles.

 "Dans le village les dégâts ont été considérables. La maison dite le "Château" et plusieurs autres bâtisses voisines, se sont écroulées. L'église et le presbytère sont en ruines. D'après la presse, il ne resterait du village, que quatre ou cinq maisons habitables. Les habitants sont logés dans les écuries, c'est une désolation générale".
Un journaliste du "Petit Niçois" qui s'est rendu sur les lieux, a été lui aussi vivement impressionné : "Douze à quinze maisons sont complètement détruites, ce n'est plus qu'un tas de pierres. Quant aux autres, elles sont inhabitables. Des crevasses énormes les sillonnent de la base au sommet et presque tous les planchers sont complètement détachés des murailles".
Malgré l'ampleur des dégâts, on ne déplora que six blessés. Dans un premier temps la population campa dans les champs puis, les nuits suivantes, les gens logèrent dans les écuries.
Il est certain que les chiffres varient selon les journaux. Ainsi, après ceux du "Petit Niçois", l'Eclaireur du Littoral annonça trente trois maisons écroulées et une cinquantaine de lézardées.
Par ailleurs, on peut comptabiliser dans les archives de la commune, quatre vingt deux maisons endommagées, trente sept détruites et cinq détruites partiellement.

Il y a peu de temps encore de nombreuses "ruines" témoignaient de cette catastrophe. L'attrait exercé par la région niçoise et son arrière pays a permis de redonner à bon nombre de ces vieilles maisons un certain lustre et du sang neuf au village.

De la place de son ancien château, dont il ne reste hélas aucune trace, hormis une très belle grille en fer forgée, on domine le torrent "Bouyon" qui se jette dans un affluent du Var, l'Estéron. Le Var a longtemps servi de frontière entre le Comté de Nice et la Provence.

De cette place on a une magnifique vue sur les Préalpes de Nice et les Alpes Italiennes.

Au dernier recensement (01/01/2016) Bouyon comptait 489 habitants pour une superficie communale de 12,29km².

Bouyon et les autres communes de l'ancien canton de Coursegoules ont été intégrées à la Communauté d'Agglomération de Sophia Antipolis (CASA).

Bouyon, avec 44 autres communes, fait partie du Parc Naturel Régional des Préalpes d'Azur.

 

 

Haut de page